Notes de voyage en Australie, épisode 3 : Comment se comporter à Darwin

peiser-kurt-1887-1962-belgique-l-ivrogne-2742891-500-500-2742891Sur le chemin de Melbourne au Parc national du Kakadu, se trouve une ville sans intérêt qui s’appelle Darwin, capitale du Territoire du Nord (Northern Territory). On n’y passe pas ni plaisir ni par curiosité mais simplement parce que les agences d’expédition touristique vous demandent d’y réserver une nuit la veille du départ. Comme tous les lieux de passage sans identité propre (couloir, salle d’embarquement, salle d’attente…), Darwin inspire un sentiment d’ennui profond, abyssal. On s’y emmerde  existentiellement, jusqu’à atteindre une sorte d’arrière-goût insupportable de l’absolu. C’est horrible. J’exagère à peine.

On commence par chercher un livre, un magazine, des mots croisés, un café Internet, des chewing gums…quelque chose qui ponctue le temps, qui découpe le néant. Mais rien n’est assez prenant pour distraire le vide, pour réveiller l’immobile. Alors on finit par chercher le sens de tout ça, le sens du monde, de notre souffle, de notre présence ici sur cette partie inutile de la terre, dans cette auberge de jeunesse perdue au milieu de nulle part… et on tourne désespérément en rond.

Les habitants de Darwin ressentent-ils cet ennui ? J’en suis certaine et c’est sûrement l’une des raisons pour lesquelles ils passent une partie de leurs journées attablés ici, dans l’un des seuls bars de la ville à picoler. Le reste du temps, j’imagine qu’ils pleurent ou écrivent. Ils sont en tous cas plus accueillants que leur ville et plus chaleureux que leurs back-packers. Il est par contre très difficile de discuter avec eux. En tous cas pour moi. Seule option : tenter de les imiter. C’est souvent la meilleure façon de connaître quelqu’un. Il m’arrive de réussir à prendre la pause pendant  quelques minutes. Comme tout à l’heure avec cet Australien qui m’a payé un verre de vin en se moquant de mes habitudes de française (du vin ??). On est presque arrivé à faire de bonnes blagues. J’étais étonnée qu’il soit si spirituel. Ce n’est ni le fait qu’il soit Australien, ni son look gros bras exhibé sous son marcel violet fluo, ni sa casquette surmontée de lunettes de soleils à reflets jaunes façon crocodile – produit local -, ni même cette façon ridicule de poser sa main sur la mienne sous le menu – quoique c’était vraiment ridicule ça !… C’est surtout  ce comportement qu’il faut adopter pour lui parler comme le « bi bah dobah dou » qu’on utilise avec les bébés ! Une détente physique totale, qui admet la plus grande relâche du cerveau, jusqu’au non sens complet dans les propos, même sans alcool. Pas grave. Tant que l’intention y est, tant tu as l’air de t’amuser, de t’oublier, de te moquer, de lever ton verre de la main gauche et l’index de la main droite pour signaler que t’es bourrée, tu y es. L’attitude doit être moitié aguicheuse, moitié super-sociable du type « je vais me venger », « je vais te manger » ou « toi je vais t’attraper ! » et le tour est joué, vous êtes intégré et la nuit va y passer !

Pour lire l’épisode précédent de mes aventures australiennes sur les back-packers, c’est par ici

Le premier épisode concernant mon arrivée à Melbourne est ici. 

(Peinture: « L’Ivrogne » de Kurt Peiser Galerie De Vuyst,Lokeren, trouvée ici )

Publicités
Cet article, publié dans Pensées et humeurs, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Notes de voyage en Australie, épisode 3 : Comment se comporter à Darwin

  1. Ping : L’Australie, partie II : Portrait du « back-packer  | «La drôlerie des palmiers

  2. Ping : L’Australie, partie IV : Une expédition au Kakadu | La drôlerie des palmiers

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s